“j’ai beaucoup aimé ce thriller sombre, saignant à souhait et diablement addictif.”

…Sans effusion de sang il n’y a pas de pardon.”

Gryon, niché dans les Alpes suisses, est un village de carte postale. Chalets, alpages, vaches, sommets enneigés : rien ne manque au décorum. Tout le monde se connait et la vie y est paisible…
Jusqu’au jour où un corps est retrouvé sur l’autel du temple protestant. Nu, les orbites vides et un couteau en plein cœur, l’homme a été sauvagement torturé. Un verset de la Bible retrouvé sur la scène de crime semble accuser la victime. Mais de quoi ? Et pour quelle faute aurait-elle été punie ?
Résidant à Gryon, l’inspecteur Andreas Auer est chargé de l’enquête. Très vite, il devine que ce meurtre ne sera pas le dernier…

Si vous aimez les intrigues complexes, les fausses pistes, la tension palpable en permanence, alors ce livre va vous plaire.
Le fil de l’histoire se déroule lentement, créant une atmosphère qui m’a fait penser à l’univers d’Arnaldur Indridason.
Le personnage d’Andreas Auer, charismatique, éclabousse le roman de sa présence. Intuitif, parfois ours, il sait se rendre attachant et profondément humain. Je l’imagine assez bien devenir le premier rôle dans une série d’enquêtes.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce thriller sombre, saignant à souhait et diablement addictif.

Mes précédentes chroniques sont à retrouver sur ma page Facebook :
Lire sur Facebook !