Blog It’s raining readings, 16.10.17 –

Le blog It’s raining readings publie une chronique de « Le Dragon du Muveran« .

Des fois, on s’immerge tellement dans un livre qu’on parlerait aux personnages des choses qu’ils font. Ça c’était bien, ça un peu moins. Il n’y a plus le lien avec l’écrivain. C’est là qu’on ressent le talent. Plus de barrière entre le livre, l’écriture ou même le papier, c’est comme si on était présent dans le roman. Un personnage complétement extérieur que personne n’aperçoit et qui voit tout.

It's raining readings

Andreas est un inspecteur de police, qui habite dans le village du nom de Gryon. Gryon, le genre de village où tout le monde se connaît, où les rumeurs vont plus vite que le facteur, se voit dans l’effroi quand la pasteure découvre le corps d’un homme sur l’autel du temple. Aussitôt l’inspecteur et son équipe sont mis sur cette nouvelle affaire. Qui a tué cet homme ?

Vous découvrirez bien plus que l’auteur du meurtre au fils des pages. La vie d’Andreas, de son compagnon, de sa collègue et tous les habitants gryonnais. Vous connaîtrez tous les secrets.

Je ne vous connais pas, vous derrière votre écran. Je ne peux donc pas dire si cela vous plairait mais moi j’ai adoré. Je dois dire que je ne suis pas friande de policier, que j’avais peur d’avoir peur ou d’être dégoûtée, de ne pas pouvoir fermer l’œil une fois le livre refermé. J’ai aimé replonger chaque fois dans l’histoire. Non pas comme un empressement, plus une envie. Je sais que la réponse allait m’attendre et je ne voulais pas me précipiter.

Le livre de Marc Voltenauer est décrit comme un policier scandinave. Peut-être s’est-il inspiré de ses origines ? Je pourrais moi-même le qualifier de cru et un peu trash. L’auteur ne passe pas par des jolies tournures pour expliquer les choses. Ce sera clair et concret.

Le plus important, dans un roman de ce type-là, est la résolution de l’énigme. Qui donc est le meurtrier ? Ben je ne l’ai su qu’à l’instant où Andreas, notre personnage principal et inspecteur, le découvre lui-même. Au fils de la lecture, plusieurs passages concernent le meurtrier. Ça parle de son histoire et de ses raisons. Avec ces petits chapitres, on voit tout le travail de l’auteur sur la psychologie de ces personnages et
surtout sur celle du tueur.

Ça me fait penser à un autre point positif. Le livre est épais, oui, plus de 600 pages mais les chapitres sont parfaitement coupés. Pas trop grand, juste la bonne taille. A savoir aussi qu’aucune page n’est en trop. Aucune répétition. Et s’il y en a, je les reprocherais plus à l’inspecteur Auer qu’à l’auteur.

Dans ce livre, il y a donc des supers personnages qui sont très bien développés et qui ont tous, sans exceptions, une histoire, ce qui nous rapproche encore plus de la réalité. On peut être certain aussi qu’avec la suite des aventures d’Andreas, une évolution de ceux-ci n’est que possible.

Continuons la suite avec le cadre, les paysages, la description des lieux, etc. Je ne plains parfois du manque de descriptions pour que mon esprit puisse imaginer les moindres recoins que nous propose l’auteur. Pour le coup, mon esprit s’est régalé. Je ne suis jamais allée à Gryon mais c’est comme si, avec ma lecture, j’avais visité tout le village.

J’ai vraiment aimé ce roman pour la réalité qu’il montre, aussi bien par ce qu’il se passe dans un village que les relations humaines et les lourds secrets du passé. Ne lisant aussi que très peu de romans se déroulant en Suisse (mon pays), j’ai adoré les références et les connaissances qui nous sont propres.

Si vous vous posez la question, non ce n’est pas un coup de cœur mais je ne peux m’empêcher de le conseiller à tout le monde. Vraiment essayer, vous serez conquis.